Il chante “Maréchal, nous voilà”, et ça dégénère en musique manouche !
Article mis en ligne le 27 mai 2010
dernière modification le 4 octobre 2010
Imprimer logo imprimer

Dans chacun des films de Tony Gatlif, la musique tient un rôle essentiel. C’est aussi le cas de son nouvel opus, « Liberté », où elle envahit l’écran dès le tout premier plan. Mondomix l’a rencontré pour en savoir plus sur le rapport qu’entretient le réalisateur d’« Exils » ou de « Gadjo Dilo » avec la musique, et sa façon de travailler avec elle.
Avez-vous fait des recherches spécifiques pour la musique de « Liberté » ?

Avec Delphine [Mantoulet, co-compositrice et arrangeuse des films récents de Tony Gatlif, ndlr], on a écouté toutes les chansons de l’époque, toutes les javas, Maurice Chevalier et tous les autres. Et on est tombé sur Gus Viseur, génial musicien belge des années 30 [après avoir donné ses lettres de noblesse à l’accordéon musette, il fut le premier accordéoniste de jazz et rejoignit le Hot Club de France, ndlr].

Il y a aussi un clin d’oeil à Django Reinhardt, puisque son arrière-petit-fils apparaît parmi les musiciens… Levis, qui a 11 ans, est un génial guitariste et un bon comédien. Dans le film, il chante « Maréchal, nous voilà », et ça dégénère en musique manouche. Tout est comme ça : les manouches écoutent un truc, même une marche militaire, et se l’approprient… (Voir la vidéo)

Que pensez-vous avoir apporté aux musiques tsiganes ?

Quand on a commencé avec Mario Maya en 1981 [chorégraphe flamenco avec lequel Tony Gatlif collabora sur le film « Canta Gitano », ndlr], la musique tsigane n’était presque nulle part. Il y avait Valia et Aliocha Dimitrievitch qui jouaient dans le « Bar Russe », Manitas de Plata ou Manolo dans le sud de la France, on écoutait encore un peu Django Reinhardt et Stéphane Grappelli.

On trouvait aussi du flamenco espagnol, mais les Français détestaient, ça les faisait rire. A l’époque, on ne pouvait faire entendre la cause des Gitans par les mots, alors j’ai utilisé la musique comme un passeport.

Par exemple, en Hongrie, j’ai été étonné de la noirceur des gens : c’était la fin du communisme, et ils étaient sinistres. J’ai donc tourné la séquence hongroise avec une femme lamentablement triste sur un quai de gare, et les Tsiganes passant par là lui redonnent la pêche avec leur musique.

Pendant deux ans, on a voyagé et tourné. « Latcho Drom » (1992) est un hymne à la condition gitane du monde entier. La musique vaut mieux que n’importe quel discours, n’importe quel livre. Après, ce film est devenu un spectacle qui a été joué dans le monde entier, et ça s’est enflammé. (Voir la vidéo)

A la sortie de « Swing » (2002), la musique manouche, alors moribonde, est revenue sur le devant de la scène avec Tchavolo Schmitt et Mandino Reinhardt.

Aujourd’hui, cette musique est partout, dans les magasins, sur Internet. C’est bien, mais je crois que ça ne suffit pas. Il y a dix millions de Gitans dans le monde, ils sont à la rue, démunis de politique, de droits, de justice. Ces gens-là font de la musique superbe, mais dans d’horribles conditions. C’est un peuple dans l’urgence. (Voir la vidéo)

Comment choisissez-vous les musiques de vos films ?

Avec Delphine Mantoulet, on imagine le ton de la musique avant de tourner. Il doit ressembler au paysage, à l’histoire.

Dans « Liberté », nous sommes dans le centre de la France. Ça ne pouvait donc pas être du flamenco. L’ambiance est java-gitan. Le jazz manouche de Django Reinhardt est parti de là.

La musique de la scène du bal clandestin nécessitait un travail particulier. Pendant la guerre, seuls les collabos avaient des bals car tous les rassemblements étaient interdits. Les gens se réunissaient donc secrètement dans les granges. Je voulais une java. Delphine a composé un thème au piano qui est devenu le leitmotiv du film.

On a créé le morceau, l’arrangement et la structure en une journée. Il y a aussi une valse qu’on fait chanter à Catherine Ringer. Personne n’avait jamais chanté en français dans un de mes films. Je voulais quelque chose d’un peu tsigane, et Catherine Ringer possède un peu ce que les joueurs de flamencos appellent « le sang dans la bouche ».

On a aussi composé un thème pour le personnage de James Thiérrée, avec une note en forme d’avertissement. Le comédien a appris le morceau en moins d’une heure.

A un moment, il devait jouer avec un bout de bois et une corde de ficelle, en guise d’archet. Ça ne donnait rien, mais il y avait avec nous un vieux violoniste de Transylvanie, qui a fini par enduire la corde de talc, et là, ça sonnait comme un vrai violon !

Propos recueillis par

Benjamin MiNiMuM Rue 89

concordance

flèche Sur le web : http://www.rue89.com/mondomixcom/20...
Forum
Répondre à cet article
Un jeu d’orgue pour le cinéma -- notez cet article
Tableurs Heures, Liste Elec et divers.. -- notez cet article
Sur la confidentialité des tournages... -- notez cet article
Travail : peut-on résister aux injonctions paradoxales sans péter un boulon ? -- notez cet article
Projecteurs Leds "passe-partout" -- notez cet article
60% des films publicitaires français sont délocalisés -- notez cet article
Expression, unité, auto-censure et récupération. -- notez cet article
Appel à contribution Projet open LED -- notez cet article
De l’usage de la nouvelle convention collective du 19 janvier 2012… -- notez cet article
Lytro changed photography. Now can it get anyone to care ? -- notez cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57