Cité du cinéma : le dossier bientôt transmis au parquet de Paris
Article mis en ligne le 2 décembre 2013
Imprimer logo imprimer

Les magistrats se dirigent vers l’ouverture d’une enquête préliminaire.
La Cour des comptes s’était interrogée sur les conditions de financement.

Les echos


L’ancienne centrale EDF de Saint-Denis, devenue Cité du cinéma sur une idée de Luc Besson, abrite les Studios de Paris, l’Ecole nationale supérieure Louis- Lumière et l’Ecole du cinéma. - Photo Hamilton/Réa

L’affaire de la Cité du cinéma entre dans sa phase judiciaire. Aujourd’hui, ou lundi au plus tard, le parquet de Paris va être officiellement saisi du dossier établi par la Cour des comptes sur le financement du complexe dédié au 7e art en Seine-Saint-Denis. En toute logique judiciaire, les magistrats parisiens devraient s’orienter vers l’ouverture d’une enquête préliminaire. Il s’agira de déterminer s’il y a eu délit de détournement de fonds publics et trafic d’influence.

C’est en effet à Paris que « La Nef Lumière », la société créée pour administrer la Cité du cinéma, est implantée, ce qui explique la compétence du parquet parisien. C’est d’ailleurs le montage de cette société qui a intrigué la Cour des comptes et déclenché l’enquête. Avant l’été, les services fiscaux de Seine-Saint-Denis s’interrogent sur les raisons du déménagement de l’Ecole Louis-Lumière dans les locaux de la Cité du cinéma, où elle s’est installée en juillet 2012. Quel intérêt a cette école de quitter des locaux dont elle était propriétaire pour venir s’implanter à la Cité, qui lui loue 7.736 m2 pour 1,9 million d’euros par an, soit l’équivalent de son budget annuel ?

Prudence de l’exécutif

Au cours de ses investigations, la Cour des comptes va mettre au jour la complexité du montage du financement de la Cité du cinéma. Et les juges financiers de retracer l’histoire : en 2004, Luc Besson, le fondateur et patron d’EuropaCorp, ne parvient pas à finaliser le tour de table pour son grand projet de Cité. C’est la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) qui va venir à sa rescousse. La Cour des comptes dispose des courriers échangés à l’époque entre la direction et le comité d’investissement de la CDC, qui avait émis un avis négatif. Mais l’opération se fera quand même : le bras armé financier de l’Etat va prendre, contrairement à ses usages, une participation très largement majoritaire dans « La Nef Lumière ». Les juges vont devoir s’interroger sur les motivations qui ont conduit la banque publique à se surengager en pleine crise économique.

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement actuel reste à distance de la Cité du cinéma : emblématique de cette prudence, l’absence d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, à son inauguration en septembre 2012. La saisine de la justice n’étonne pas au sein de l’exécutif. Mais il tient à rester à l’écart de ce dossier, potentiellement explosif, compte tenu des personnalités citées dans le rapport de la Cour des comptes : l’ancien président de la CDC, Augustin de Romanet, ou encore l’ancien secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant.
Grégoire Poussielgue
Valérie de Senneville


flèche Sur le web : http://www.lesechos.fr/culture-lois...
Forum
Répondre à cet article
La domination au travail est beaucoup plus dure qu’avant... -- notez cet article
Un jeu d’orgue pour le cinéma -- notez cet article
Tableurs Heures, Liste Elec et divers.. -- notez cet article
Sur la confidentialité des tournages... -- notez cet article
Travail : peut-on résister aux injonctions paradoxales sans péter un boulon ? -- notez cet article
Projecteurs Leds "passe-partout" -- notez cet article
60% des films publicitaires français sont délocalisés -- notez cet article
Expression, unité, auto-censure et récupération. -- notez cet article
Appel à contribution Projet open LED -- notez cet article
De l’usage de la nouvelle convention collective du 19 janvier 2012… -- notez cet article

Prochainement

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57